Nouveau contrat de maintenance inédit pour l’A400M

Nous n’avons pas pour habitude d’écrire à propos des avions sur FOB, à l’exception notable de l’A400M étant donné que le rôle principal de ce dernier est le transport des forces terrestres et de leur matériel.

 

Dans le cadre du nouveau contrat de service global de maintenance (ou Global Support Service) de l’A400M signé par Airbus Defence and Space avec l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR) au nom du Royaume-Uni, de la France et de l’Espagne, ces trois nations bénéficieront de pièces de rechange, d’un support technique et d’ingénierie, et de services de maintenance et d’opérations en vol.

 

La force aérienne espagnole a récemment reçu son premier A400M, qui sera opéré par le 31 Wing basé à Saragosse (Crédit photo: Armée de l'air espagnole)

La force aérienne espagnole a récemment reçu son premier A400M, qui sera opéré par le 31 Wing basé à Saragosse (Crédit photo: Armée de l’air espagnole)

 

Ce nouvel accord, effectif à partir du 1er décembre, durera initialement deux ans en tant que suivi des contrats précédents, qui officialisaient le support technique pour la France et le Royaume-Uni lors des premières années opérationnelles de l’A400M.

 

Cette première phase de l’accord ouvre la voie à toute autre nation membre de l’OCCAR désireuse de le rejoindre plus tard pour bénéficier de ce package ainsi que de futurs services supplémentaires en cours de développement.

 

« Les premiers contrats qui furent mis en place afin de voir l’A400M entrer en service ont bien fonctionné, mais cette prochaine étape offrira un service de support sophistiqué et hautement intégré qui permettra aux opérateurs de se concentrer davantage sur leur mission, sachant qu’ils peuvent compter sur un soutien solide pour les années à venir. Nous encourageons les autres utilisateurs de l’A400M à profiter de ces dispositifs qui, nous en sommes convaincus, sont en mesure de leur permettre d’opérer leurs avions au maximum de leurs capacités », a déclaré Stephan Miegel, directeur de la division Military Aircraft Services.

 

L’idée est de fournir aux nations clientes les nombreux avantages induits par le partage des ressources au sein de cette opération de mutualisation des services, incluant des économies substantielles, une efficacité accrue, et une meilleure flexibilité afin de répondre à leurs besoins opérationnels spécifiques.

 

Le contrat a été attribué par l’Agence de soutien et d’équipement de défense britannique (DE&S), la Direction générale de l’armement (DGA) et la Direction générale de l’armement et du matériel espagnol (DGAM) via l’OCCAR.

 

En parallèle à cette annonce, l’armée de l’air allemande a reçu le 12 décembre un premier A400M qualifié pour les opérations tactiques et capable de voler en des zones sujettes à menace ; et qui porte le nombre d’A400M en service dans la Luftwaffe à six.

 

Cet avion est le premier équipé de telles capacités. Il est notamment doté de systèmes d’aides défensives (DASS) comprenant un détecteur de départ de missile, un système d’alerte radar, et un système de lancement de contre-mesures pyrotechniques et électromagnétiques. Cet A400M est également capable de parachuter des palettes d’un poids unitaire de huit tonnes ou des troupes aéroportées par stick de 20 depuis la rampe ou les portes latérales.

 

L’appareil peut opérer au départ de pistes non préparées, voler à une altitude de 45 mètres en journée et à 90 mètres en vol de nuit en contrôle manuel, ravitailler d’autres avions, et décoller et atterrir en toute sécurité sous une température maximale de 55°C au niveau de la mer.

 

Sous cette configuration, l’A400M est autorisé à décoller et à voler avec trois moteurs sur quatre, en cas de panne mécanique ou de dommages causés par les combats.

 

Les cinq A400M déjà présents dans l’inventaire allemand seront adaptés aux nouveaux standards et recevront des améliorations ultérieures lorsque celles-ci seront certifiées.