Nexter et MBDA s’engagent auprès de la Garde nationale

Cinq entreprises et un établissement d’enseignement supérieur ont chacun ratifié hier une convention de soutien à la politique de réserve. Parmi eux, MBDA et Nexter ont rejoint les quelques 600 sociétés et institutions s’étant déjà engagées à faciliter l’accès de leurs salariés à la Garde nationale. 

 

0

La secrétaire générale de la Garde nationale, la générale de Gendarmerie Anne Fougerat, et le PDG du groupe Nexter, Stéphane Mayer (Crédit photo: Nexter)

 

« C’est un plus pour une entreprise ou une école d’avoir des femmes et des hommes qui s’engagent sur tout le territoire », rappelait en préambule la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq.

 

« Nexter a pris des engagements qui dépassent le cadre de la loi notamment en portant de 8 à 12 le nombre de jours pour lesquels un salarié réserviste pourra être libéré », se félicitait à son tour, le systémier-intégrateur de Versailles.

 

Une fois signée, cette convention permet aux deux entreprises d’accéder au panel de stages et de formations proposés par le ministère des Armées et d’assimiler certaines périodes de réserve à la formation professionnelle continue, récupérant au passage les coûts salariaux correspondants. Depuis février 2017, les organismes signataires, labellisés « partenaire de la Défense Nationale », bénéficient en outre d’une réduction d’impôts.

 

Constituée en octobre 2016, la Garde nationale rassemble aujourd’hui les 76 000 réservistes issus des ministères des Armées et de l’Intérieur et placés sous la houlette de la générale de Gendarmerie Anne Fougerat, premier officier de Gendarmerie à commander ce dispositif. Plus de 7000 d’entre-eux sont déployés quotidiennement en OPEX, OPINT ou au profit de la sécurité publique, aussi bien en dans l’Hexagone qu’en Outre-mer.

 

En 2019, la Garde Nationale profitera notamment de la très légère progression de 0,2% du budget que lui consacreront les Armées. Ces crédits seront en effet portés à 177,73 M€, après une forte augmentation entre 2015 et 2018 pour accompagner la montée en puissance de la réserve opérationnelle. Cet effort avait permis une progression significative des effectifs de la réserve militaire, de 28 000 en 2015 à près de 37 000 en août 2018. L’objectif de la LPM 2019-2025 prévoit de parvenir à 40 000 réservistes au sein des Armées pour un emploi annuel moyen de 37 jours.