Les drones Delair-Tech intègrent l’UGAP

Bonne nouvelle pour le fabricant de drones toulousain Delair-Tech : ses mini-drones DT18 et DT26X font désormais partie du catalogue de l’Union des groupements d’achats publics (UGAP). Delair-Tech devient par la même occasion le second fabricant de drones à intégrer ce catalogue de 300 000 références après les Aixois de Novadem. Avec, à la clef, une première commande moins d’une semaine après la titularisation de l’entreprise, au profit du gestionnaire du réseau électrique haute tension RTE.

 

Le mini-drone DT26X (Crédit: Delair-Tech)

Le mini-drone DT26X (Crédit: Delair-Tech)

 

« Nous sommes ravis que nos solutions drone incluant hardware, software et services soient intégrées au catalogue de l’UGAP », a déclaré Michael de Lagarde, président et co-fondateur de Delair-Tech, avant d’ajouter que « l’utilisation du drone DT26X permet des économies d’échelle considérables, le drone disposant des mêmes performances qu’un hélicoptère pour un prix 10 fois moins élevé ».
Outre ces deux drones, l’offre de Delair-Tech comprend une suite d’accessoires et de capteurs de type multispectral, LiDAR et infrarouge thermique, ainsi que des prestations de service comme la formation pour deux pilotes et la maintenance.

 

Et frère, le DT26M, présenté au salon du Bourget 2017

Et frère, le DT26M, présenté au salon du Bourget 2017

En intégrant la centrale d’achat française, Delair-Tech facilite l’accès à ses produits pour les organismes publics intéressés, tels que les forces de police, l’armée et les pompiers. Candidat malheureux de la compétition pour les mini-drones de l’armée française qui avait vu triompher le Spy’Ranger de Thales, Delair-Tech persiste néanmoins dans la filière défense/sécurité et promouvait d’ailleurs la version « M » du DT26X lors du salon du Bourget sur le stand de Safran Electronics & Defense (ex-Sagem). Car non content de proposer deux drones aux performances uniques, Delair-Tech présente une structure des coûts plus compétitive que la plupart des industriels purement militaires.

 

Cette titularisation est une corde de plus à l’arc de cette PME créée en 2011. Celle-ci a notamment triplé son chiffre d’affaire en l’espace d’un an, pour plafonner à 7,1M$ en 2016. Une courbe de croissance également suivie par ses effectifs, qui devraient accueillir une vingtaine de nouveaux employés en 2017. Loin de se limiter au marché français, le « phénomène Delair-Tech » peut s’appuyer sur 150 distributeurs présents dans 80 pays afin d’atteindre ses objectifs à l’export, une priorité pour 2017.