Les Armées, grandes gagnantes du budget 2020

L’armée est à nouveau sortie gagnante des semaines d’arbitrages préliminaires à l’élaboration du projet de loi de finances pour 2020 qui sera évalué à l’automne. Le ministère des Armées est en effet celui qui devrait connaître la plus forte hausse budgétaire l’an prochain, avec 1,53Md€ de crédits supplémentaires.

 

Pas d'embouteillage budgétaire pour les Armées en 2020, qui devraient profiter d'une hausse de 1,53Md€ de leurs crédits (Crédit photo: armée de Terre)

Pas d’embouteillage budgétaire pour les Armées en 2020, qui devraient profiter d’une hausse de 1,53Md€ de leurs crédits (Crédit photo: armée de Terre)

 

Le plafond de dépenses des Armées sera fixé à 39,81 Md€ par le PLF 2020, précise un document publié mi-juillet par le ministère des Finances. Soit une hausse de 1,53Md€ des crédits à prendre avec des pincettes, Bercy se basant sur les montants fixés en 2019 par la loi de finances initiale, donc susceptibles de fluctuer en fonction des crédits effectivement dépensés. Le chiffre avancé semble par ailleurs en deçà du 1,7Md€ de hausse annuelle globale établi par la LPM 2019-2025. Une réduction que Bercy expliquerait par la baisse des financements liés aux anciens combattants, dont le nombre diminue.

 

Le président de la République Emmanuel Macron s’y est engagé le 12 juillet à Cherbourg lors du lancement du sous-marin Suffren: « Cette loi de programmation militaire sera tenue. » Selon celui-ci, cet effort « sans précédent » est « la condition pour permettre à la France de disposer à l’horizon 2030 des équipements et des technologies nécessaires à son autonomie. » Et le président de la République de rappeler que « d’ici 2025, pas loin de 59 milliards d’euros seront ainsi consacrés à nos grands programmes d’armement, dont 37 milliards d’euros pour les 4 ans à venir. »

 

D’après Bercy, la trajectoire financière s’échafaude dès lors « conformément à la loi de programmation militaire, ce qui permet de préserver le financement des mesures nouvelles. » Par mesures nouvelles, le ministère des Finances pointe notamment l’amélioration des processus de MCO, le financement des grands programmes d’armement, les investissements consentis en faveur de la cybersécurité, du renseignement et de la nouvelle doctrine spatiale dévoilée la semaine dernière par la ministre des Armées, Florence Parly. Sans oublier le chantier de la nouvelle politique de rémunération des militaires.

 

Des propos également soutenus par le triennal 2020-2022 présenté par le ministère des Finances, qui devrait permettre de maintenir l’effort aujourd’hui consenti pour « la poursuite du réarmement des fonctions régaliennes de l’État ». D’ici la fin du quinquennat, les Armées devraient ainsi voir leur plafond budgétaire culminer à 42,92Md€, soit une revalorisation de 4,65Md€ par rapport aux projections de la loi de finances initiale 2019. Il faudra maintenant attendre la dernière semaine de septembre et le dépôt du texte du PLF à l’Assemblée nationale, puis un éventuel exercice de communication des Armées dans la foulée, pour avoir une vision détaillée des investissements prévus pour l’an prochain.