Les ambitions de Texelis

Mais qui est Texelis ? Longtemps restée discrète, l’ETI limougeaude surfe aujourd’hui sur la vague du contrat « VBMR léger », remporté en février en co-traitance avec Nexter, et affiche haut et fort ses ambitions. Entre programme Scorpion, innovations et marché export, ce spécialiste des ponts et chaînes cinématique plante le décor pour Eurosatory.

 

Texelis_001

 

Destiné à remplacer une partie du parc de VAB de l’armée de Terre, le VBMR léger sera livré à 2000 exemplaires d’ici 2030, précise la prochaine LPM. Texelis sera en charge du volet mobilité, et planche déjà sur le développement d’une chaîne cinématique inédite. Ce programme majeur constitue donc « un étendard, une vraie récompense permettant non seulement de nous faire connaître, mais représente également un vrai challenge », se félicite Benjamin Fafart, responsable commercial Défense pour Texelis… et ancien de chez Nexter.

 

Un défi auquel l’ETI s’était préparé en commençant à recruter dés la fin de l’année dernière. « Un pari gagnant » qui a déjà permis l’engagement d’une trentaine d’ingénieurs et de techniciens, explique Fafart. In fine, le VBMR léger créera 60 nouveaux emplois, qui viendront s’ajouter aux 310 salariés actuels. Mais l’impact est également financier. En très forte progression depuis 2015, le chiffre d’affaires de Texelis plafonnera à 100M€ cette année, contre 72M€ en 2017. À lui seul, le VBMR léger devrait représenter 20M€ des revenus annuels, estime Texelis.

 

Rien de nouveau sous le soleil nous direz-vous, Texelis équipant déjà les VBCI et VLRA de l’armée de Terre. Sauf que… depuis la fin de l’ère Renault Trucks et le retour à l’indépendance en 2009, Texelis n’agit plus en tant que « simple fournisseur » mais bien comme partenaire. Exit le blason « RTD » sur tous les châssis, Texelis conserve désormais la propriété intellectuelle de ses innovations et s’affirme plus que jamais comme un maillon à part entière de la BITD française.

 

Si important soit-il, le programme Scorpion ne saurait assouvir à lui seul les ambitions de Texelis, dont la priorité reste le marché export. Car après avoir accroché la Serbie, l’Égypte, la Russie, les Émirats arabes unis à son tableau de chasse, l’équipementier s’attaque dorénavant au marché américain. Son savoir-faire est en effet intégré au véhicule blindé amphibie Terrex 2 du singapourien ST Kinetics, actuellement en compétition pour le programme ACV 1.1 de l’US Marine Corps.

 

Et ce joli palmarès risque de s’étendre avec l’arrivée prochaine d’un nouveau produit destiné à surclasser des châssis Unimog ou Ford aussi surabondants que technologiquement dépassés. Présentée dans un mois à Eurosatory, cette véritable « solution globale », conçue en partenariat avec quelques grands noms tels que Cummins, Hutchinson, Allison et Téléflow, unira une garde au sol haute à un châssis à roues indépendantes. Une configuration avec laquelle l’ETI entend viser majoritairement le Moyen-Orient, où elle a d’ores et déjà remporté un premier contrat pour des livraisons démarrant dés juillet prochain.