Le H160 d’Airbus pour l’armée de Terre

par Nathan Gain et Christina Mackenzie

Deux ans jour pour jour après avoir été présenté lors du salon HAI Heli-Expo, l’hélicoptère H160 d’Airbus a été choisi par le ministère de la Défense français pour former « la base du futur hélicoptère interarmées léger (HIL) », déclarait Jean-Yves Le Drian le 3 mars 2017 sur le site Airbus Helicopter de Marignane. 

 

Le H160 d'Airbus Helicopters dans sa version civile (Crédit photo: Airbus Helicopters)

Le H160 d’Airbus Helicopters dans sa version civile (Crédit photo: Airbus Helicopters)

 

Le processus d’acquisition est donc lancé, suite à l’accord donné le 1 mars par le conseil ministeriel d’investissement, pour une future commande d’« entre 155 et 190 » appareils, déclarait hier l’ingénieure générale de l’armement Monique Legrand-Larroche, directrice des opérations, lors de la présentation à la presse des résultats 2016 de la DGA. La signature du contrat est prévue pour 2019, a dévoilé pour sa part le délégué générale de l’armement Laurent Collet Billon.

 

« Il a été décidé parallèlement d’accélérer la procédure avec une première livraison avancée de quatre ans minimum », a ajouté Le Drian à Marignane. Le premier H160 devrait donc être livré en 2024 au lieu de 2028, ne laissant à Airbus que sept années pour mener à bien la militarisation de la plateforme. Point d’inquiétude du côté de l’hélicoptériste dont la plateforme finalisée en 2015 aura accompli des centaines d’heures de vol lorsque les livraisons commenceront.

 

Petit rappel : le programme HIL vise le remplacement d’une flotte disparate d’hélicoptères en service au sein des trois armées françaises, à savoir les Gazelle, Alouette III, Dauphin SP, Panther et Fennec. En choisissant une plateforme commune, le ministère de la Défense espère en effet réaliser des économies en rationalisant la mise en condition opérationnelle, la logistique et la maintenance.

 

Destiné notamment au transport léger, à l’appui au commandement et à l’attaque, le H160, d’une masse de 5,5 à 6 tonnes, est un condensé d’innovations – 68 pour être précis. Outre l’utilisation de matériaux composites, Airbus a par exemple repensé le design des pales, développées en coopération avec l’ONERA, en vue d’une réduction de 50% du bruit. L’hélicoptère sera également équipé du nouveau moteur Arrano conçu par Safran Helicopter Engines qui offre une diminution de la consommation en carburant de 10 à 15%.