La tête dans les étoiles…

Gérard Longuet s’est rendu sur la base aérienne de Mont de Marsan pour féliciter les équipages ayant participé à l’opération Harmattan sur la Libye. De mémoire de Montois, on avait rarement vu autant d’étoiles sur la BA 118, puisque le ministre était notamment accompagné du Chef d’état major des armées, des chefs d’état-major de la Marine, de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air et de plusieurs autres officiers généraux.

Plus d’un aviateur fut piégé par la présence de tant de marins sur la base aérienne et l’on ne comptait plus à la fin de la journée les « mes respects mon général » adressés aux amiraux. Juste retour des choses, le général Palomeros, chef d’état-major de l’armée de l’Air, fut quant à lui gratifié d’un sonore « amiral » par un membre d’équipage du Breguet Atlantic présent. L’heure étant au consensus au sein d’une armée victorieuse dans le ciel libyen, tout le monde sembla se réjouir de cette redistribution des rôles…

Signe des temps, le ministre était également accompagné de plusieurs élus intéressés par les questions de défense. Il put se féliciter devant eux et devant les militaires présents de la facilité avec laquelle le budget de la défense avait pu être voté quelques heures auparavant, précisant fièrement que celui-ci n’était désormais plus une variable d’ajustement. A  267 millions d’Euros près, on ne peut pas lui donner tort…

L’armée de l’Air avait mis les petits plats dans les grands à l’occasion de ce déplacement, aidée en cela par des détachements de l’aviation navale et de l’Alat. Le passage à la verticale de la base de quatre box représentant la plupart des aéronefs ayant participé aux opérations fut complété par la présentation au sol d’une vingtaine d’appareils des trois armées.  Les configurations, représentatives des missions accomplies, étaient loin d’être inintéressantes… On retiendra notamment un Rafale Air présenté avec deux missiles de croisière SCALP-EG sous les ailes, configuration rarement vue en public, ou le Super Etendard Marine porteur de quatre GBU-49. Une configuration lourde utilisée en début de conflit, qui donnait un punch singulier au vieux soldat… L’armée de Terre était venue en voisine de Pau avec Tigre, Gazelle et Puma. Gérard Longuet rappela à juste titre que l’Alat, qui aurait pu être marginalisée dans ce type de conflit, était au contraire « intervenue au bon moment ». FOB reviendra d’ailleurs sur ce sujet dans un proche avenir…