La Suède réintroduit le service militaire obligatoire

La question de la réintroduction de la conscription en France, abolie depuis novembre 2001, est un sujet récurrent depuis les attaques terroristes. L’idée fait même partie intégrante du programme du Parti Socialiste pour les élections présidentielles de mai prochain. Mais si en France on se contente d’en discuter, en Suède c’est désormais chose faite. Il y a six jours, le gouvernement suédois a en effet annoncé que la conscription militaire serait réintroduite – après sept années d’interruption – pour les jeunes nés en 1999 et 2000, y compris pour les binationaux vivant en Suède.

 

sweden-960x641-768x513

 

« La conscription moderne est neutre du point de vue du genre et concernera autant les femmes que les hommes », a précisé le gouvernement de coalition social-démocrate et écologiste. Le ministre de la Défense suédois Peter Hultqvist a quant à lui déclaré que, bien que la Suède n’est pas un membre de l’OTAN, il s’était inspiré du voisin norvégien, premier membre de l’OTAN à instaurer la conscription pour les deux sexes en 2013.

 

Néanmoins, cela ne devrait pas concerner la totalité des 100 000 Suédois âgés de 18 ans. Environ 13 000 candidats aptes au service seront appelés, et seuls les 4000 plus talentueux parmi eux seront recrutés. Un chiffre qui devrait ensuite être augmenté régulièrement pour atteindre 8000 nouvelles recrues par an de 2022 à 2025.

 

Selon Hultqvist, le problème auquel fait face la Suède réside dans le fait que bien que « la situation sécuritaire dans le voisinage immédiat de la Suède se soit aggravée », les forces armées ont encore du mal à recruter. Il manque 800 équivalents temps plein au sein des forces armées, tandis que la réserve n’a que 3000 des 10 000 membres visés.

 

D’après un rapport publié en 2016 par le gouvernement suédois, les forces armées n’ont pu recruter que la moitié du personnel nécessaire entre 2010 et 2015 et nombreux sont celles et ceux qui ont depuis tourné le dos à l’armée, attirés par les salaires attractifs et le mode de vie plus aisé proposés par le secteur civil. Le rapport proposait entre autres que le gouvernement finance les études universitaires des Suédois désireux de s’engager volontairement au sein des forces armées.

 

micael-byden-690-foto-johan-lundahl-combat-camera

Le général Per Micael Bydén, commandant suprême des forces armées suédoises (Crédit photo: Johan Lundahl/Combat-camera)

Le général Per Micael Bydén, commandant suprême des forces armées suédoises depuis 2015, a indiqué le mois dernier au gouvernement suédois que 6,5Md de couronnes (680M€), soit une augmentation de 15% du budget annuel, seraient nécessaires d’ici 2020 pour accroître les capacités militaires du pays. Ce montant devrait être ajouté aux 45Md de couronnes (4,7Md€) prévus par le gouvernement pour 2017. La Suède s’est engagée dans une spirale de diminution des dépenses de défense depuis 30 ans. En 2015, celles-ci avaient chuté à 1,1% du PIB, contre 2,6% en 2015.

 

Depuis septembre 2016, la Suède a placé des troupes permanentes sur l’île de Gotland, proche de l’enclave militaire russe de Kaliningrad, sur la Baltique. Hultqvist a décrit l’initiative comme un signal fort après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et la « pression croissante » que Moscou exerce sur les pays baltes voisins, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie.