La défense danoise passe à l’Eagle 5 « XL »

L'Eagle 5 4x4 prend l'eau au Danemark, au profit de la configuration 6x6 (Crédit: GDELS-Mowag)

L’Eagle 5 4×4 prend l’eau au Danemark, au profit de la configuration 6×6 (Crédit: GDELS-Mowag)

 

À peine perçus, les premiers véhicules de patrouille Eagle 5 4×4 PPK de l’armée danoise devraient s’effacer au profit de la variante XL de la gamme. Selon un avis publié hier, l’Organisation d’acquisition et de logistique de la Défense danoise (DALO) et la filiale suisse de General Dynamics European Land Systems (GDELS-Mowag) ont convenu d’un amendement modifiant l’accord-cadre initial pour autoriser l’achat de kits de conversion et d’une seconde tranche de véhicules Eagle 5 en configuration 6×6.

 

Copenhague envisage ainsi d’acquérir jusqu’à 89 Eagle 5 6×6 PPK, de même que 30 kits de conversion pour Eagle 5 4×4, révèle cet « avis en cas de transparence ex ante volontaire ». Le premier chiffre s’avère conforme aux projections établies en janvier par la DALO, qui annonçait la perception de 90 unités supplémentaires « d’ici 2024 ». Quant aux kits de conversion, si leur acquisition n’est pas explicitement motivée, il pourrait en toute logique s’agir de privilégier la cohérence et la maîtrise des coûts de soutien en modifiant les Eagle 5 4×4 PPK déjà perçus.

 

Le 15 juin 2017, le Danemark signait avec GDELS-Mowag pour l’acquisition d’un maximum de 130 véhicules Eagle 5 4×4 déclinés en quatre variantes (patrouille, reconnaissance, guerre électronique et soutien). La Défense danoise prévoit de débloquer l’équivalent de 260M€ sur toute la durée de l’accord-cadre. À terme, l’Eagle 5 doit remplacer la totalité des Eagle 4 achetés en 2005. Une partie des 84 véhicules en service au sein de l’armée danoise a d’ores et déjà été reléguée aux missions de formation et d’entraînement suite à la livraison, en mars dernier, d’une tranche initiale de 22 véhicules Eagle 5. À peine sept mois plus tard, il semblerait maintenant que le 4×4 ne réponde plus parfaitement aux exigences opérationnelles de l’armée danoise.

 

« La DALO n’a pas été en mesure d’anticiper l’évolution du besoin conséquente à l’accord de défense signé en janvier 2018, » détaille l’avis. Motivé par l’évolution de l’environnement sécuritaire, ce document visait notamment à réaffirmer la hausse des investissements capacitaires entreprise dès 2014 sur demande de l’OTAN. En parallèle à l’effort budgétaire, « la Défense danoise doit établir une brigade de déploiement rapide. Cela afin de répondre aux souhaits exprimés par l’OTAN, » ajoute la DALO. Celle-ci estime que ce changement de posture suffit à justifier la conclusion, le 13 septembre, d’un amendement dont le surcoût a été évalué à 32,6M€.

 

Cette refonte du besoin initial ne devrait avoir aucune conséquence fâcheuse pour la Défense danoise. Elle respecte en effet les normes établies par le Danemark en matière de contrats de défense. De fait, la nature même de l’accord-cadre n’est pas modifiée, explique la DALO, car les deux véhicules font partie d’une seule et même famille dont les différentes configurations ont été identifiées en amont de la phase d’acquisition. « De même, il existe 96% de concomitances logistiques entre les Eagle 5 4×4 et 6×6, ainsi qu’une identité commune aux niveaux de la structure, du niveau de protection, » rappelle l’agence danoise, qui ajoute que « les pièces détachées sont similaires pour les deux plateformes, c’est pourquoi ce volet est déjà couvert par l’accord-cadre ». Le surcoût, ensuite, correspond à une hausse de 12,51% du plafond budgétaire initial, soit bien en deçà du maximum de 50% imposé par la législation danoise.