Exportations d’armes : l’Allemagne en chute libre

Alors que la France connait une année record, l’Allemagne est en net recul en ce qui concerne ses exportations d’armes comme on peut le lire dans un communiqué du gouvernement allemand publié le 24 juin 2015. En effet, en 2014, Berlin a exporté pour 6,5 milliards d’euros, soit 1,8 milliard de moins que l’année précédente. Davantage que la qualité des matériels ou que le talent des commerciaux, il semble que la volonté du gouvernement allemand d’être plus regardant et d’avoir une approche plus critique avant d’accorder les licences d’exportation ait eu un impact plus négatif sur les exportations que par le passé.

exportations_allemande_01

Cargaison d’armes destinées à être livrées à l’Irak pour combattre l’État islamique en 2014 (©Bundeswehr)

En effet, l’année dernière, le ministre allemand de l’Économie avait souhaité que l’Allemagne fasse davantage attention avant d’exporter des armes vers des pays non membre de l’Union européenne et/ou non membre de l’OTAN. En 2013, 62 % des exportations d’armement allemandes étaient à destination de tels pays (pourcentage en réduction de 1,5 % en 2014). Des pays tels que Singapour, la Corée du Sud ou l’Arabie saoudite représentent en effet de beaux morceaux que l’Allemagne a réussi à convaincre d’acheter allemand (principalement des sous-marins et autres navires). Mais de tels contrats pourraient être plus difficiles à conclure à l’avenir…

exportations_allemande_04

Les sous-marins sont un des poids lourds des exportations d’armes allemandes (©TKMS)

Les exportations d’armes légères sont celles qui ont proportionnellement les plus été touchées, vu qu’elles ont diminué de moitié atteignant seulement 47,4 millions d’euros. Il semble que le gouvernement ait particulièrement prêté attention à cette catégorie d’armes.             Les contrats d’armes légères à destination de pays du tiers-monde ont chuté de moitié (passant de 42.23 millions d’euros en 2013 à 21,62 millions d’euros en 2014).

exportations_allemande_03

Le Boxer, concurrent du VBCI, n’a pas plus que ce dernier, connu, pour l’instant, le succès à l’export (©KMW)

La classe politique allemande est bien évidemment divisée sur cette question. Pour les Verts, la diminution des exportations n’est pas suffisante. Avec le parti de gauche, ils plaident pour des règles encore plus strictes et pour une interdiction totale de vendre des armes à plusieurs pays, notamment l’Arabie saoudite. La raison du non-respect des droits de l’homme est avancée. Vu l’importance du marché que représente l’Arabie saoudite, qui, rappelons-le, était le plus grand importateur d’armes en 2014, il se peut que le gouvernement et le parlement allemand réfléchissent à deux fois avant de bloquer totalement les exportations.

exportations_allemande_05

Un vente de missiles Milan ER avait, un temps, été bloquée (©MBDA)

Espérons qu’ils y pensent davantage qu’il y a quelques années, quand plusieurs contrats d’exportations français ont été bloqués, temporairement, par l’Allemagne sous prétexte que ces matériels possédaient des composants allemands et que les pays destinataires devaient être ciblés par une politique plus restrictive en matière d’exportation. On peut s’interroger quant à la réaction que va avoir le milieu des industries de défense allemand lorsque de juteux marchés se fermeront à elles pour des raisons politiques. On peut également craindre une réédition de l’histoire avec des exportations françaises qui se retrouveraient bloquées pour cause de composants allemands…