Engin Blindé du Génie : la valorisation se termine.


Nexter livrera cette année à l’armée de Terre les derniers engins du génie valorisés. Un total de 54 véhicules, 40 EBG (Engins Blindés du Génie) et douze châssis porteurs du « SDPMAC » (Système de Déminage Pyrotechnique pour Mines Anti-Chars) étaient concernés par ce programme lancé en 2006. A ce jour, 40 véhicules ont déjà été rendus aux régiments et les 14 derniers suivront avant la fin de l’année. « Nous sommes dans les temps » explique-t-on à Roanne où se font les chantiers, sur une ligne de production qui a employé jusqu’à 25 personnes lorsque le tempo était au plus haut. L’activité est à présent en phase décroissante, le dernier engin à modifier étant arrivé à Roanne mi-mars. La valorisation des véhicules comprend cinq volets :

-       amélioration de fonctions existantes (alimentation de la mitrailleuse de 7,62, système de tension des chenilles, refroidissement du circuit hydraulique…)

-       meilleure protection (ajout de surblindages, de lanceurs Galix, kit contre les agressions urbaines)

-       ajout de nouvelles fonctions (installation de caméras pour le travail de jour et de nuit, du système de contre minage DEDALE, d’un SITEL, d’un détecteur chimique etc.)

-       aménagements ergonomiques (suppression du poste tireur-opérateur)

-       aménagements intérieurs et extérieurs (stockages, kit convoi exceptionnel, protection de tuyauteries hydrauliques…)

La liste des travaux effectués est donc longue, mais attention, les mots ont leur importance et la sémantique gouverne le monde : on parle donc à Roanne et à la DGA de « valorisation » visant à offrir de nouvelles capacités et non pas de « rénovation » qui consisterait à refaire du neuf avec du vieux. Pour autant, l’idée d’une rénovation des engins du génie n’est pas totalement écartée et une réflexion serait en cours pour donner aux EBG une véritable deuxième vie. Quelques équipements essentiels, comme par exemple le bras de travail, pourraient être totalement remplacés. La motorisation ne devrait quant à elle pas changer : les engins du génie ont été remotorisés au tournant du siècle, les vénérables Hispano Suiza HS 110 ayant cédé leur place à des groupes turbo-diesel récents. L’idée d’une rénovation n’est pas neuve, mais le financement a toujours manqué jusqu’à présent. Paradoxalement, l’hypothèque qui pèse sur le programme Scorpion pourrait obliger ces engins à travailler quelques années supplémentaires avant de faire valoir leurs droits à la retraite. Si 2025 est la date actuellement retenue, un glissement vers 2030 n’est plus exclu…

 

Nos illustrations :

La ligne de production des engins du génie à Roanne, dans les ateliers de Nexter (photos Frédéric Lert)