Du Lacroix sur les Altay turcs ?

Avec près de 7,5Md€ de commandes engrangés en 2015, dont la moitié pour des systèmes terrestres, l’industrie de défense turque reste un mastodonte du secteur. Extrêmement dense et entreprenant, le marché turc profite également d’une politique de sanctuarisation favorisant les achats domestiques.

 

Mais l’indépendance technologique n’est toujours pas d’actualité et la Turquie, 18e du classement SIPRI des dépenses militaires avec 13,6Md€ dépensés en 2016, reste sujette au savoir-faire étranger. Les projets de coopération avec les industries étrangères restent donc nécessaires et « portent plutôt sur l’accès, par les industriels turcs, à des technologies qu’ils ne maîtrisent pas encore, sur lesquelles ils sont obligés de faire appel à nos compétences », nous déclarait à juste titre le général (2S) Jean-Albert Epitalon, Délégué général adjoint du GICAT, lors de la précédente édition du salon bisannuel IDEF 2015.De quoi expliquer le retour d’une vingtaine d’entreprises françaises à Istanbul pour cette nouvelle et 13e édition d’IDEF, organisée cette semaine à Istanbul.

 

Projet majeur de l'armée turc, l'Altay est le premier char de combat entièrement conçu en Turquie

Projet majeur de l’armée turc, l’Altay est le premier char de combat entièrement conçu en Turquie

 

Prenons, par exemple, Lacroix, référence française des systèmes pyrotechniques qui se verrait bien impliquée avec son système de lance-fumigène Galix AOS dans le programme majeur de l’armée de terre turque : le char de combat de 3e génération « Altay Turkish National Main Battle Tank Programme », le premier char de combat entièrement développé et produit en Turquie. La phase de développement et de test des quatre prototypes, attribuée au véhiculier local Otokar pour un montant de 480M€, s’est clôturée en février dernier avec une offre faite par l’entreprise pour la production en série de 250 chars Altay évalué à 13,75M€ l’unité. Otokar attend désormais le feu vert du Sous-secrétariat turc pour lancer la production, dès 2019, d’un premier lot de 15 chars.

 

Le système Galix AOS de Lacroix présenté cette semaine à Istanbul

Le système Galix AOS de Lacroix présenté cette semaine à Istanbul

 

Adopté par la France pour ses VBCI et les Émirats Arabes Unis, le système Galix consiste en une suite de lanceurs reliés à quatre détecteurs disposés de chaque côté du véhicule. En cas de menace, le système lance une série de contre-mesures multispectrales Galix 13 pour créer en moins d’une seconde un écran de fumée impénétrable aux systèmes optiques, munitions guidées laser et autres systèmes optiques infrarouges des forces ennemies. La taille de l’écran de fumée dépend évidemment du nombre de lanceurs utilisés : huit munitions permettent, par exemple, de couvrir un arc de 120° autour du véhicule. Bien que les négociations ne soient encore qu’à un stade initial, l’armée turque a d’ores et déjà annoncé son intention d’acquérir un système « de nouvelle génération ».