Doha adopte le VBCI

C’est Noël avant l’heure pour Nexter, qui a aujourd’hui signé une lettre d’intention (LoI) exclusive pour la livraison de près de 500 véhicules au profit des forces armées qataries. Exit donc l’unique concurrent, le finlandais Patria et son AMV, et une potentielle première victoire à l’export hautement symbolique pour le VBCI, qui coiffe au poteau la crème mondiale des véhicules 8×8.

 

Le VBCI 2 armé d'une tourelle T40 (Crédit photo: Nexter)

Le VBCI 2 armé d’une tourelle T40 (Crédit photo: Nexter)

Cette LoI, dont le volet financier n’a pas été précisé, sera suivie par la signature, en 2018, d’un contrat en bonne et due forme susceptible de préciser le calendrier et la configuration des véhicules. Car si le VBCI est désormais retenu comme la futur plateforme de combat des forces qataries, reste à en définir l’armement et autres sous-systèmes.

 

La stratégie adoptée par le groupe KNDS s’est donc avérée gagnante, dont les membres avaient fait le choix judicieux de ne pas se cannibaliser en évitant de lancer également le Boxer dans la course. Cette LoI installe durablement Nexter parmi les grands du « 8×8 » et rebat favorablement les cartes pour de futurs appels d’offres dans cette gamme.

 

Si Nexter ne peut, pour l’heure, préciser la version sélectionnée, le climat chaud et sec du Moyen-Orient ainsi qu’une préférence pour de l’armement lourd orienteraient le Qatar vers le VBCI 2 (32 tonnes), doté d’une motorisation plus musclée.

 

Griffon, Jaguar, Caesar, VBCI, voire le VBMR léger si les rumeurs se confirment: une fois concrétisée, cette LoI viendra gonfler un carnet de commandes rempli jusqu’en 2033… et pose d’emblée la question du suivi des livraisons. Pas d’inquiétude du côté de Nexter, qui a déjà anticipé les « investissements en infrastructures comme en ressources humaines » préconisés par le député LREM Thomas Gassiloud dans un rapport pour avis des crédits alloués aux forces terrestres au sein de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale.

 

Outre l’adaptation du site de Roanne (Loire), le systémier-intégrateur prévoit la création de 300 emplois supplémentaires en 2018, en vue de faire de cette implantation « la nouvelle capitale des blindés ».