De nouveaux yeux pour l’armée néerlandaise

Thales Nederland et le ministère de la défense des Pays-Bas ont officialisé ce lundi un contrat pour la livraison de neuf radars multi-mission (MMR). Dernier-né de la famille de radars 4D à antenne active du groupe français, le MMR est destiné à devenir les nouveaux « yeux » de l’armée de Terre royale néerlandaise (RNLA). Les premières livraisons sont attendues pour l’été 2021.

 

Le radar GM 200MM/Compact monté sur châssis DAF (Crédit photo: Thales)

Le radar GM 200MM/Compact monté sur châssis DAF (Crédit photo: Thales)

 

Celles et ceux qui ont le pied marin l’auront certainement reconnu: le MMR est bien un dérivé du radar naval NS200 adapté aux opérations terrestres et rebaptisé GM200 MM/Compact dans le portfolio Thales. Une dénomination visant manifestement à le rapprocher de la famille de radars terrestres Ground Master, malgré une structure et des performances radicalement supérieures au GM200 « classique ». Cette nouvelle variante est le fruit de « plusieurs années de recherche et d’essais » menées avec les spécialistes de la RNLA, précise Thales dans un communiqué. Le budget débloqué pour ce programme n’a pas été divulgué mais le gouvernement néerlandais mentionnait une fourchette de 100 à 250M€ dans son dernier mémorandum sur l’industrie de défense, publié en novembre 2018.

 

« Les Pays-Bas occupent de fait une position de leader en matière de développement de systèmes radar, avec notamment la plateforme ‘Nederland Radarland’ créée en 2002 et ce projet constitue un exemple parfait des résultats obtenus avec cette plateforme. La coopération établie de longue date entre les experts militaires de l’armée de Terre néerlandaise et Thales s’est traduite par une solution multi-mission d’une extrême modernité, apte à répondre aux menaces actuelles et futures », a précisé Geert van der Molen, directeur des activités navales de Thales aux Pays-Bas. Cette acquisition s’inscrit en effet dans le contexte plus large du programme « Nederland Radarland », lancé avec pour objectif de maximiser les synergies entre les différents programmes de recherches menées aux Pays-Bas sur les technologies radar. Un projet dans lequel s’intègrent de nombreux acteurs industriels et scientifiques tels que Thales Nederland, l’organisme de recherche indépendant TNO, ou encore l’Université de technologie de Delft.

 

« La détection précise de la menace offerte par le MMR peut être décisive pour gagner des batailles menées sur de grandes élongations. De plus, il renforce les capacités de défense aérienne de l’armée. Cela est rendu possible grâce à un système capable de répondre à une menace aérienne en constante évolution », a pour sa part déclaré le chef de la RNLA, le lieutenant-général L J A « Leo » Beulen. L’ensemble du système est donc par nature pérenne car basé sur une suite logicielle conçue pour intégrer les mises à jour successives développées en fonction des menaces.

 

Outre la surveillance 3D de l’espace aérien et les missions de contre-batterie, le GM200 MM/Compact aussi conçu « pour détecter les drones à temps », ajoutait la secrétaire d’Etat à la Défense néerlandaise, Barbara Visser, sur son compte Twitter. La prolifération de mini et nano drones, ainsi que le développement de systèmes d’essaim, ont rendu indispensable l’adaptation des capacités radar. Basé sur la dernière technologie nitrure de gallium (GaN), Le GM200 MM/Compact est capable de détecter, classifier et traquer automatiquement jusqu’à un millier de plots et de discriminer différentes cibles au sein d’une même salve ou d’un essaim de drones dans un rayon opérationnel allant de 15 mètres à 400 km. En cas d’arrêt du radar, le système est également doté d’un capteur EO/IR pour le suivi en voie optique des menaces. Compact et léger, le radar a été monté, dans le cas de l’armée néerlandaise, sur un châssis 6×6 DAF YAZ-2300. L’ensemble du système est opérationnel en moins de deux minutes, explique Thales.