Dans les coulisses du 14 juillet

Laissons provisoirement le ministère des armées et ses épineuses questions budgétaires pour rejoindre Bretigny-sur-Orge, dont l’ancienne Base aérienne 217, située à 35 km au sud de Paris, sert de cadre aux répétitions du défilé motorisé du 14 juillet. Au menu cette année : un régiment ressuscité et deux plateformes ayant rarement descendu les Champs-Elysées.

 

Réactivé il y a un an jour pour jour au camp de Mailly, le 5e régiment de dragons revient cette année avec un visage neuf. Destiné notamment à conduire l’expérimentation du programme Scorpion, le 5e RD est actuellement en pleine phase de montée en puissance, avec 45 nouveaux dragons recrutés tous les deux mois. Son parcours unique fera l’objet d’un article approfondi très prochainement.

 

Parmi la centaine de véhicules militaires du défilé motorisé : un exemplaire de véhicule blindé hautement protégé (VBHP) Aravis, non mentionné par le dossier de presse de l’armée de Terre. Produit par Nexter, le VBHP a été acquis à 15 exemplaires en 2009, puis déployé en Afghanistan. L’ensemble du parc est actuellement utilisé par la compagnie de contre-minage du 13e régiment du génie.

 

Autre véhicule relativement « discret » lors du défilé du 14 juillet : un Système de Pose Rapide de Travures (SPRAT) du 17e régiment du génie parachutiste. Difficile de rater ce géant long de 17 mètres, et capable de poser soit deux ponts courts de 14 m, soit un pont long de 26 m obtenu par assemblage de deux travures.

 

Mais trêve de bavardages, et place aux images…