Centrafrique: point de situation au 26 mars

Cette semaine a été marquée par la visite, le 21 mars, du chef de l’État de transition Catherine Samba-Panza à Ndélé, afin de réaffirmer l’autorité de l’État dans cette ville.

Elle était accompagnée d’une délégation composée du nouveau préfet de Ndélé, d’une vingtaine de professeurs, et d’un groupe de gendarmes qui resteront sur place pour relancer
les institutions gouvernementales.

 

sangaris3

Photo: Ministère de la Défense

 

 

La dernière visite d’un chef d’État centrafricain à Ndélé remontait à 2011.Dans la capitale, le commissariat du 3e arrondissement a été inauguré vendredi 20 mars.

Environ 1 700 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 9 500 hommes de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine).

sangaris1

Photo: Ministère de la Défense

 

 

Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

 

sangaris2

Photo: MINUSCA

 

En parlant de la MINUSCA,  le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté jeudi une résolution dans laquelle il décide d’autoriser une augmentation de ses effectifs de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). A la suite d’une demande du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans une lettre datée du 29 janvier 2015, le Conseil a décidé d’autoriser une augmentation des effectifs de la MINUSCA de 750 militaires, 280 policiers et 20 agents pénitentiaires.

 

La Minusca, qui a pris le relais le 15 septembre 2014 de la force africaine déployée dans le pays, dispose actuellement de 8.000 soldats et un millier de policiers, pour la plupart issus des rangs de la Misca. Avec l’augmentation décidée jeudi, ses effectifs pleins autorisés seront portés désormais à 10.750 soldats et plus de 2.000 policiers.

 

Des élections présidentielles et législatives sont prévues en RCA en juillet et août prochains.